Débat d'orientation budgétaire 2016

-

Chers collègues,

Simplement merci. Merci d’avoir entendu cette année ma proposition et mon insistance d’organiser un débat d’orientation budgétaire. Certes, il n’est pas obligatoire dans les petites communes mais il est nécessaire pour la bonne gestion. Dommage qu’il ne soit pas inscrit à l’ordre du jour de ce conseil. Sachant qu’il y a le vote du budget, permettez-moi de faire la synthèse de mes observations pour cette année budgétaire 2016.

Cette réflexion devant tenir compte des situations conjoncturelles, des ambitions et des projets proposés par la majorité, le tout confronté à la réalité de notre commune au bénéfice de nos concitoyens.

 

Conjoncture nationale :

   Elle est instable et anxiogène pour la plupart des français ;

   Elle connaît des faiblesses structurelles notamment sur la baisse des dotations aux communes surtout les petites comme la nôtre ;

   Elle conduit à la défiance envers les pouvoirs publics.

 

Conjoncture locale :

   Elle demande à avoir une gestion plus rigoureuse des biens et services publics ;

   Elle condamne les petites communes comme la nôtre à être encore plus performante avec moins de moyens ;

   Elle demande une anticipation accrue des projets pour les étaler dans le temps en tenant compte des besoins.

 

Concernant le fonctionnement :

 

   Au chapitre des charges à caractère général, le manque de transparence du double budget « Fêtes et cérémonies » complété par la subvention allouée à l’AFCO. Pour le premier : 12 628,15 € en réalisation additionné à 5000,00€. Ce qui revient a près de 17 600€ les frais dépensés. Comment savoir qui paye quoi et de manière lisible ? Je vous invite à lire, à titre d’exemple, la proposition de loi du Sénateur SAUGEY en la matière. Va t’on rompre avec les habitudes au bénéfice de nos concitoyens ?

 

   Autre exemple, le manque d’anticipation de la mutualisation à venir des frais de télécommunications avec le concours de l’agglomération. Ainsi on se retrouve à proposer des frais de 6 500€ environ alors qu’on sait qu’ils seront bien moindres grâce à ce conventionnement.

 

   Au chapitre des autres charges courantes, va t’on enfin utiliser les maigres dotations allouées au CCAS ? Personne n’en fait la demande direz-vous ! Certains disent : « Il n’y a pas de besoins à Voisenon ! » Là encore va t’on rompre avec les idées reçues et non mesurées ?


 

 

   Pour finir, je comprends la baisse des subventions allouées aux associations. Cependant, en guise de transparence, je vous indique cette année encore que je demande qu’à l’avenir les subventions soient accordées en signant une convention. Pourquoi certaines sont-elles subventionnées à hauteur de 60% avec une dizaine de membres et d’autres à peine 5% avec 1 voisenonais sur 7 dans ses rangs ? Je ne fais que répéter mes propos en commission. D’autres s’efforcent de remplir des contrats d’objectifs avec le Département et d’autres organismes et se voient pénalisées au titre qu’elles ont « de l’argent » ? Comment évaluer le coût réel d’une simple mise à disposition quand on ne connaît pas l’activité précise de l’action ? Pourquoi Voisenon échapperait-elle aux règles de transparence qu’appliquent nos autres organismes publics ? Au nom de la routine ?

 

   Concernant les orientations scolaires, la reprise de notre « indépendance » de gestion avec la commune de Montereau-sur-le-Jard nécessite que l’on rompe les chapitres de dépenses compte tenu de nos moyens ? Vraiment a t’on les moyens de financer un périscolaire aussi lourd ? Une nouvelle étude d’anticipation serait  la bienvenue.

 

Concernant l’investissement :

 

- En ce cas il serait judicieux de profiter de la conjoncture pour réévaluer nos     prêts et soulager ainsi le remboursement de la dette.

 

   Là encore, je comprends que les baisses de dotations freine l’effort. Mais avouez tout de même que si les trottoirs du Hameau du Jard avaient eu un marché public prévu en 2 ou 3 phases, nous aurions pu en voir le début de la couleur cette année. Le marché public ayant été passé en 1 seule fois condamne la commune à devoir jongler sur 2 exercices.

 

   Le projet de cantine scolaire, les mises aux normes, ... obligent c’est vrai. Mais l’anticipation protège et donne une pleine lisibilité aux projets.

 

Je remercie Monsieur VALLÉE de ses présentations synthétiques qui ont permis de se décider sur l’essentiel et d’avoir une meilleure vision sur les finances mais je regrette le manque d’anticipation de certaines dépenses et le peu de lisibilité pour nos concitoyens.

Je salue le travail effectué même si je ne souscris pas à la méthode.

 

Appeler des fonds au contribuable, c’est légal. Mais il faut que la pression fiscale  reste raisonnable. Je pense qu’une meilleure anticipation aurait certainement évité la hausse de l’imposition locale. Elle n’aurait pas tout résolu, certes mais elle aurait permis de rompre avec des pratiques qui ne s’inscrivent plus dans le débat actuel.

 

Souhaitant vraiment saluer cet effort, je m’abstiendrai pour ce vote du budget 2016.

 

Je vous remercie.

Les commentaires sont fermés.